Amérique Centrale Belize Tous les articles

You better Belize it !

P7220231Départ de Gainesville (Floride) un dimanche soir, en bus, pour rejoindre Orlando, d’où je décolle le lendemain matin à 5h30. Après une nuit à l’aéroport d’Orlando, direction Atlanta où je prends un 2e avion après 6h d’attente. Coup de bol, sur ce vol, je serais surclassé en 1ère classe. 2-3h de vol plus tard (et un peu de champagne), j’arrive enfin à Cancun au Mexique. Mis à part tout ce qu’on peut voir à la télé sur Cancun, je peux pas en dire plus. J’ai directement pris un bus pour aller au sud du Mexique, à Chetumale, à la frontière entre le Mexique et le Belize. Un 2e bus doit m’emmener à Belize City le lendemain matin. Bon, bah je vais me trouver une piaule pour passer la nuit.

C'était pas cher mais c'était long.

Après quelques recommandations, je trouve enfin une auberge de jeunesse (c’est un bien grand mot…). Bref, il fait 40°C, j’en peux plus, c’est parfait ça ira !

Dans cet hotel, j’ai rencontré Joshua, un autrichien. Et c’est pas la moitié d’un personnage ! Déjà, ce que moi j’ai fait en bus entre Cancun et Chetumale (environ 250 km), lui il l’a fait en longboard (ou longskate si vous préférez) et en 2 jour seulement. Son but est de voyager jusqu’au Perou avec son longboard pour participer à une compétition.
Mais au delà du courage qu’il a, ce qu’on remarque en premier chez lui, c’est ses piercings et ses tatouages.

IMG_3620

Le lendemain, Joshua décide de m’accompagner au Belize. « Mais je te préviens ! Moi je prends le bus, hein… j’y vais pas en patins à roulettes. ».

P7230246Après 3h de bus et une frontière de plus de passée, j’arrive enfin à Belize City. Le lieu de départ principal de tous les bateaux en directions des îles. Après 45min de bateau sous un soleil de plomb, j’arrive enfin à Caye Kaulker (prononcez « Key Caulker »). Soit disant l’île la plus fréquentée par les backpackers. Pour être hônnete, j’en ai pas vu beaucoup. Ceci dit, c’est la basse saison en ce moment, c’est l’hiver ici, il fait que 40°C… Je suis comme qui dirait content que ce soit pas l’été au final.

A Caye Caulker, y a « pas grand chose » à faire. C’est pas plus mal, j’ai justement envie de ne rien faire pour les prochains jours. Pas de musée, pas de bagnole, pas de bus, pas de ville…

IMG_3635_DxOFP

En fouillant un peu, j’ai trouvé une « chambre d’hôtel » à 25 BLZ $ (Belize dollar), soit 8,7 € la nuit pour une piaule avec un lit double et un lit simple. Franchement pas mal.

IMG_3614

Pour ce prix là, j’avais droit à Titi, un espèce de lézard géant qui squattait tout le temps devant ma porte.

IMG_3618

Le lieux de rencontre principal sur Caye Caulker, c’est le bar Lazy Lizard. Parfaitement situé au bord de l’eau. C’est également l’endroit parfait pour rencontrer la moitié de l’Europe (mais très peu de Français).

Lazy Lizard
Lazy Lizard

Après avoir trainé toute la journée au Lazy Lizard, avec Kevin (Hollande), Orpa (Hollande), Bertus (Hollande), Rika (Finlande), Joshua (Autriche), Aninna (Finlande), on va manger du homard. Le homard ici est un peu différent de celui qu’on connait. Déjà il n’a pas de pince et ici ils l’appellent « le cafard des mers ». Parce qu’il traîne au fond de l’eau et il bouffe tout ce qu’il trouve. Mais ça ne lui enlève pas toute ces qualités gustatives. Coupé en 2 et cuit sur le grill avec un peu d’épices, de l’ail… excellent.

P7280283Je commence un peu à en avoir marre de passer mes journées au Lazy Lizard. Je décide donc d’accompagner Kevin et Orpa pour faire du snorkeling (masque et tuba). Ils ont trouvé un petit guide local pour nous emmener alors pourquoi pas.

Bon les poissons multicolors c’est marrant 5min alors le guide nous emmène sur un autre site…
« OK Antoine, c’est bon tu peux sauter à l’eau ! »
« Ouais nan mais attends deux z’condes là… c’est quoi ça ?! »
« C’est des Stingray ! »
« Des string quoi ? »

Sting Ray
Stingray

Bon bah… y a pas 36 milles solutions, hein… quand faut y aller, faut y aller. Les premières secondes sont pas marrantes. Mais alors pas marrantes du tout ! Toutes les Ray viennent se frotter sous tes pieds… putain… misère de misère…
« OH FAUT FAIRE QUOI ?! ELLES SONT EN TRAIN DE ME BOUFFER LES PIEDS BORDEL !!! »
« Reste calme ! J’arrive ! »

Sale con…

Au bout de 5min, tu t’habitues (t’as pas le choix). La gueule du bestio reste pas très amicale mais en fait, l’animal est assez tranquille. Elles peuvent quand même te piquer avec leurs queues en forme d’aiguille.

On a aussi eu droit à la visite de quelques petits requins (1m – 1,5m), inoffensifs à priori.

P7280273

Sinon vous pouvez aller faire de la plongée au Blue Hole. Un des plus profond du monde. Je n’y suis pas allé (160 €). Si vous n’avez pas un certificat de plongée, pour ce prix là il faudra vous contenter de patauger avec un masque autour du Blue Hole…

Les gens ici sont de passage. Souvent très courts (3-4 jours). Surement parce qu’une fois que t’as mangé un homard, que t’as fait la fête au seul endroit possible et que t’as été voir une barrière de corail, y a plus vraiment grand chose à faire.
Alors après 10 jours sur l’île, j’ai comme envie de faire un truc différent. Ca tombe bien, j’ai envie d’apprendre à faire du surf. J’ai jamais fait ça dans ma vie. Il semblerait que sur la cote Pacifique du Guatemala, il y ait un surfcamp.
Allez hop ! Tac tac boum boum, mon sac est fait, j’ai mon passeport… GO !

 

Antoine

5 comments

  1. En longboard bah tiens ! Il te dirait en monocycle tu goberais le truc quand même !
    T’as fait un bidou à Titi au moins avant de partir ?
    L’anecdote raies/plongée m’a direct fait penser à Martino et Paulo en canyoning: « J’ai dit bien droit !!! – Mais oui ta gueule.. »

    1. C’était exactement la scène de Paulo et Martino.

      Promis juré, le mec traverse l’Amérique Latine en Longboard. Dans son sac y a 2 t-shirts et 20 Kg de roues de rechange, de roulements, d’outils… Motivé le loustic. Pour info, il est aussi sponsorisé par Burton en snowboard…

Laisser un commentaire