Canada Ontario - Manitoba Tous les articles

Ontario – Manitoba

Nous étions, il y a 3 semaines, sur le paillasson de la « porte de l’ouest ». Winnipeg, capitale du Manitoba.
Traduit en français, ça sonne presque comme « gagnez un cochon »…

J’y voyais l’authenticité des campagnes, un carrefour agricole à mi chemin entre l’immense province Canadienne et un début de far-ouest…
– « aaaaah jeune naïf »
En réalité, la porte de l’ouest a un air de déja – trop – vu. Des hautes tours de verre pour le quartier des affaires et un centre-ville aux airs montréalais… Mmmh.
Seule la géographie environnante est vraiment nouvelle puisqu’ici tout est plat. Et ça a vraiment de la gueule, surtout après des jours de conduite au milieu des cèdres et des sapins. On peut enfin voir ce qui passe au delà de 20 mètres.
Le proverbe « you can see your dog run away for 3 days » annonce la couleur. Une aubaine pour les contrôles de vitesse !
Pat’ nous avait prévenu.

Mais entre Rouyn Noranda (province de Québec) que nous venions de quitter et Winnipeg, il n’y a qu’un pas ! Un pas Ontarien qui fût bien plus grand que prévu, poil au…

AAAAAAAH l’Ontario !
C’est à Kapuskasing sur la Transcanadienne peu après notre départ que nous avons été comme « convaincus » de profiter de la province pour y faire une boucle de 10 jours.
Tout se fera à 90 km/heure, et pour l’occasion dame Nature s’est montrée généreuse… Manteau blanc de rigueur et vraie petite fraîcheur ; un décor « mortel » hein !

P5050004

La mayonnaise n’a pas vraiment prise à Thunder Bay, pourtant tout y est. Sauf sa population…

P5060010

Alors, frustrés comme « pas d’oeufs », nous avons finalement pris la tengeante pour Sault Sainte Marie. La bonne affaire !
C’est en longeant l’immense Lac Supérieur quelques minutes après notre départ que nous avons découvert l’espace frozen détente. Une escale de plusieurs heures sous un soleil chauffant où chantent les mouettes sur fond de glace crépitante…

– Pensée égoiste pour mes godasses préférées que j’ai perdu la nuit suivante à Marathon. Un comble. –

La route est belle et envoutante, premier orignal – vivant – le long de la route, premiers coups de soleil. Et pour cause, c’est au détour d’une belle route dégagée et montagneuse que s’est offert à nous l’innatendu décor paradisiaque d’une plage suprise.

Quant à l’eau où les orteils survivent péniblement, aucun de nous deux n’a su trouver la foi pour y plonger une guibolle…

Notre bain de soleil s’est poursuivi à Sault Sainte Marie, le long du canal qui nous sépare des Etats-Unis. Tout comme North Bay que nous avons traversé un peu plus tard, cette ville est un temple de la mécanique américaine où défilent et se rassemblent quotidiennement les collectionneurs et riders en tous genres. C’est d’ailleurs dans ces shows qu’on s’amuse à constater avec ironie les quelques différences >> DE TAILLE << entre l’Amérique du Nord et l’Europe….

Mais malheureusement, là aussi, sa population disparait une fois la nuit tombée et les soirées deviennent longues.

Et contre les soirées longues, il y a Tylenol (doliprane nord américain qui soigne tout) !
Overdose de pub, pardon.
NOOON… Y’a du hockey les gars ! les playoffs, au grand malheur d’Antonio qui en bouffe à n’en plus pouvoir.
Il bave, presque.
Deux minutes pour rire, dédiées à toutes celles passées devant l’écran en Ontario (et toutes celles qui arrivent).

La grande boucle, quant à elle, aura fini comme elle a commencé… avec une météo assomante.

Comme si l’ultime et très hotsile « tempounette » finale bien fraîche que nous avons subi était une invitation à quitter les lieux.

 

Jordane

3 comments

  1. Salut vous 2
    merci pour les infos
    ici c’est un temps de chien, vous ne ratez rien.
    profitez bien car tant que c’est pas imposable.
    je vous embrasse

    Majid

Laisser un commentaire