Népal Tous les articles

Le Népal

Un petit bout d’absolu

Le pays en lui-même m’a fait entrer dans un autre monde. Pourtant si proche de l’Inde, d’où j’arrive, et si différent à la fois. Ici tout est peace. Tout le monde a le sourire. Tout se passe bien quoi.

Pourtant ils auraient de quoi faire la gueule avec tout ce qui leur arrive en ce moment. Le tremblement de terre, une chute massive du tourisme (80 % de touristes en moins), une crise du pétrole… Le Népal est fâché avec l’Inde et c’est l’Inde qui alimente le Népal en essence et en gaz… et l’Inde a décidé de bloquer l’exportation de tout ça. Et sans ces ressources, bah tout se complique. Pas de transport scolaire, difficile de faire fonctionner un resto sans gaz, très compliqué de se déplacer en général, et quand un pays vit du tourisme et qu’il n’y a pas de touriste… Bref c’est le bordel pour eux. Et pourtant, les Népalais gardent la pêche. Probablement à cause de l’influence bouddhiste. Ils voient les problèmes autrement. Respect.

Katmandou

En arrivant à Katmandou, je m’attendais à trouver une ville en ruine suite au tremblement de terre. Mais pas tant que ça au final. On peut apercevoir ici et là quelques traces du drame, mais c’est principalement les anciens monuments/bâtiments qui ont été touchés. Au cœur de la ville, Durbar Square en est l’exemple.

Cliquez pour agrandir

La vie à Katmandou est assez relax. La principale attraction reste le quartier de Tamel, avec toutes ces boutiques de trekking. On se balade, on flâne et ici, contrairement à l’Inde, on peut facilement se trouver une petite terrasse au soleil et apprécier une bière locale. Puis les Népalais sont hyper sympas, curieux, joyeux et tout tranquilles à la fois. Donc le contact est facile et l’atmosphère se prête aux échanges.

Cliquez pour agrandir

J’aurais passé une petite semaine à Katmandou avant de partir pour faire le trek de l’Everest. Et ce n’est pas nécessairement à ce moment  précis que j’ai découvert cette ville, car 2 jours après mon arrivée, Jakob et Misha (rencontrés en Inde juste avant) ont débarqué. Et eux aussi avaient l’intention de faire le trek de l’Everest. Mais ils ne sont pas arrivés les mains vides. Ils ont amené avec eux un couple de Français, Mathieu et Audrey (les camarades !). C’est donc tous ensemble qu’on a préparé notre départ pour le camp de base de l’Everest.

L'équipe !

La vraie découverte de Katmandou se fera à mon retour du trek. Après avoir passé presque 2 semaines en montagne avec des températures assez basses, on est tous heureux de retrouver Katmandou et ses 25°C. Et on a tous besoin de repos pour reprendre un peu de force.

Se reposer, c’est précisément ce qu’on a pris soin de ne pas faire avec Mathieu à notre retour. On s’est jeté sur les falafels de Katmandou ! Puis, sans que personne ne s’en rende compte, ses fameux falafels se sont transformés en une soirée totalement improvisée qui nous a amené jusqu’au bout de la nuit. On a lâché les rênes ce soir-là, j’avoue. Mais on en avait besoin après tant d’efforts.

Évidemment Katmandou ne se résume pas à “ça”. C’est aussi des temples. Notamment le fameux “Monkey Temple”. Et là-bas, autant vous dire qu’il y a une sacrée palanquée de singes (d’où le nom, hein…). Les singes, on aime ou on n’aime pas. Personnellement, je trouve que cet animal ressemble bien trop à un humain pour lui faire confiance… C’est sournois, ça se déplace vite, ça saute partout, ça fait des trucs presque sensés… Bref je ne suis pas fan.

Cliquez pour agrandir

Le quartier de Tamel est franchement une chouette occasion d’aller se balader tout simplement dans les petites ruelles et observer la vie se faire autour des marchés et des boutiques en tout genre. Et je vais vous dire un truc : je ne suis pas un grand cuistot (loin de là). Mais au milieu des marchés, j’ai regretté de ne pas avoir de quoi cuisiner dans ma piaule, car les produits donnent vraiment envie et il y a de tout.

Cliquez pour agrandir

Katmandou est également réputée pour la qualité de son installation électrique. Ce que je vous montre là n’est pas un élément isolé… non non… c’est comme ça partout. Je vous jure. On se demande comment ça marche.

Enfin, c’est dans le quartier Pashupatinath que j’ai eu ma première expérience avec les crémations “publiques” en plein air. Autre culture, autres mœurs… Quoi qu’il en soit, cela a été l’occasion de me questionner sur le sens de certaines choses et aussi de mettre une explication sur leur façon de dire “au revoir” aux morts. L’interprétation de la chose étant particulièrement personnelle et intime… difficile de vous expliquer. Je pense qu’il faut “y aller” et le voir pour se rendre compte et appréhender la chose.

Je sais que certains pourront trouver ça déplacé de montrer des photos, mais sans afficher de gros plans, j’ai essayé de capturer l’ambiance en espérant avoir fait preuve du plus grand respect possible malgré les photos… Mais je comprends aussi que cela reste discutable évidemment.

Cliquez pour agrandir

Bhaktapur

Juste à côté de Katmandou, il y a la petite ville de Bhaktapur. Classée au patrimoine mondial de l’UNESCO (s’il vous plaît). C’est beau, c’est authentique, c’est charmant, quoi ! Mais là encore, le tremblement de terre a provoqué pas mal de dégâts. Pas mal de choses sont détruites ou très abîmées. Et il n’est pas rare de voir des tentes de la Croix Rouge pour héberger les malheureux qui ont tout perdu.

Cliquez pour agrandir

Pokhara

Il était temps de bouger. Et je me suis tourné naturellement vers la ville de Pokhara. Aux pieds des Annapurnas, au bord d’un lac, parfait pour “chiller” comme on dit dans le jargon. Et puis j’étais curieux de voir les Annapurnas, même de loin. Car il ne me restait pas assez de jours sur mon visa pour partir sur un nouveau trek.  Ce n’est pas l’envie qui manquait pourtant. Mais pourquoi pas revenir un jour mon me claquer le camp de base de l’Annapurna ? C’est une bonne excuse pour retourner au Népal. En attendant, la location d’un vélo fera l’affaire pour me balader aux alentours du lac.

Cliquez pour agrandir

Après 1 mois et demi au Népal, je sens qu’il est temps de bouger et de reprendre la route. Mais avant de partir… Merci le Népal. Merci pour TOUT ! Merci pour l’accueil, la gentillesse, la joie de vivre, la sérénité… Merci pour l’Everest, les montagnes, les copains, les aventures, les discussions, les soirées… Franchement… le Népal… Tu m’as régalé.

Pour finir, je n’ai pas d’autres mots que : N.E.P.A.L… Never End Peace And Love… C’est joli, nan ?

N.E.P.A.L.

One comment

Laisser un commentaire