Inde Lamayuru Tous les articles Vidéos

Lamayuru la tranquille

Ou ceux qui suivaient le Lama

L’arrivée dans les montagnes de l’Himalaya se fera de façon majestueuse. Il n’y a pas d’autre mot pour d’écrire cette chaine de montagne. Le choc est d’autant plus fort après avoir passé plusieurs jours en ville, au milieu des bagnoles et du bruit des klaxons. Ces montagnes que je voyais de loin se révèlent d’un seul coup à moi dans toute leur splendeur. Et puisqu’une image vaut mille mots…

Avant d’arriver à Leh, une étape s’impose à Lamayuru*. On tire vers l’Est et plus on avance, plus ça se ressent. Les visages changent brusquement. Les traits s’affinent et les sourires sont de rigueur. Ambiance Tibet à Lamayuru. Ce petit village à flanc de montagne avec son monastère qui surplombe le tout à 3 500m d’altitude me tendait les bras depuis le début.

La gentillesse des gens et leur accueil sont sans précédent. Et je ne vais pas être déçu. J’arrive de nuit à Lamayuru et en marchant au “hasard” sur l’unique route qui traverse le village, je tombe sur le Moonland Hotel. Sonam qui s’occupe de l’hôtel me donne une chambre et me sert un bol de soupe tibétaine pour me réchauffer.

Je me mets à table et je commence à manger. Et là Sonam vient s’assoir en face de moi et me demande si je m’intéresse au bouddhisme. Un peu mon n’veux ! Son visage typiquement tibétain me laisse penser qu’il est assez élevé spirituellement (du moins plus que moi). Sans avoir fait connaissance plus que ça, on se met à parler de spiritualité, de ce qui nous engage et nous motive et il m’explique d’où vient le bouddhisme, me montre des tableaux, des gravures, des textes. En 2h, j’avais les bases. Je dois avouer que je ne m’attendais pas à parler de tout ça après 10h de bagnole en montagne. Ce fut de loin ma plus belle rencontre jusqu’à présent.

Le lendemain matin, le réveil se fera face aux montagnes, sans un bruit. Quel bonheur ! Et la tasse de thé au lait en plein soleil face au village avec les montagnes en toile de fond, je ne vous en parle même pas.

J’ai du bol, je suis le seul client de l’hôtel. Du coup Sonam en profite pour prendre son petit dèj’ avec moi sur la terrasse. Et tout naturellement, on se remet à parler de spiritualité. Aussi haut dans ces montagnes et plus particulièrement dans ce village, notre discussion prend tout sons sens.

Avant toute chose, j’ai besoin de repos, car je ressens l’effet de l’altitude et les 3 500m provoquent un petit mal de crâne. L’astuce de Sonam pour lutter contre ça : boire beaucoup d’eau et si le mal de tête persiste, mâcher de l’ail. En 24h mon mal de tête s’efface et j’évite la case chewingum à l’ail.

Du coup je profite de mon temps d’acclimatation à l’altitude pour aller me balader jusqu’au monastère qui s’avère être le plus vieux monastère du Ladakh. Les moines sont tellement proche du Dalai Lama et de son enseignement que le gouvernement indien vient même les consulter.

Mais ici, un truc me titille l’esprit. J’explique à Sonam que j’aimerais bien me faire une petite rando en montagne. Le lendemain, je me lève de bonne heure et je me mets en tête de grimper en haut de la montagne qui domine le village. Sonam, c’est un enfant du pays, il connait tous les chemins. Il me montre alors vaguement un itinéraire (rien n’est balisé ici, tout se fait à l’arrache) et c’est parti. La montée sera dure. Je m’arrête tous les 10 pas pour reprendre mon souffle. Mais ça en valait la peine (bordel !). Arrivée au sommet à 3 800m d’altitude, le moment est magique.

Ici il n’y a pas de distributeur de billet et l’argent en cash dont je dispose ne me permet pas vraiment de rester plus longtemps car je dois encore me rendre à Leh. Il est temps de reprendre la route pour voir ce qui se passe plus loin dans ces montagnes.

Un gros merci à Sonam, pour son accueil, les rigolades et surtout merci pour les discussions et ta sincérité.

www.hotelmoonland.in
www.hotelmoonland.in

Et merci également pour le petit tour en moto sur ta Royal Einfield ;)

:) #Lamayuru #Ladakh

Une vidéo publiée par Antoine (@antoine.lobry) le

*Lama’s followers

2 comments

  1. Donc le Bouddha. Connaissent-ils Confucius et Lao Tseu ou est-ce que les chinois ? Moi je suis très Lao Tseu (Le Tao Teking qui nous a donné le tantrisme et les arts martiaux de Shaolin) parce que c’est l’homme en mouvent. Confucius c’est l’homme arrêté, le sage (faut avoir au moins cent vingt sept ans pour y parvenir).

Laisser un commentaire